Pourquoi Apprendre le lituanien et le letton

Posted by on 15 mai 2013

Les langues baltes (nous n’inclurons pas l’estonien qui n’est pas linguistiquement une langue balte) que sont le letton et le lituanien sont, il faut le reconnaître, très peu pratiquées par les visiteurs voire même par les expatriés vivant sur le territoire. Pourtant, si l’anglais et le russe sont d’une aide précieuse, connaître, même partiellement ces deux langues peut faciliter la vie les ressortissants étrangers de manière considérable.

Apprendre quelques mots de lituanien ou de letton permet de bien se faire voir de la population, dont la majeure partie ne parle pas l’anglais. (par exemple, bonjour se dit « lab dien » en letton et « laba diena » en lituanien)

Ces deux langues appartiennent à la famille des langues indo-européennes, et ont une bonne partie de leur vocabulaire commun à d’autres langues comme le français, l’anglais, le russe ou encore l’italien (Tomate se dit « pomodore »).

Le russe est parfois mal vu

Le russe est bien utile dans les états baltes, car c’est resté la première langue étrangère apprise à l’école avec un statut officiel durant les années soviétiques, sans parler des minorités russophones qui sont les deuxièmes groupes linguistiques en Lettonie et en Estonie. Pourtant, s’adresser en russe aux Lituaniens et Lettons peut s’avérer maladroit dans certaines circonstances dans la mesure où c’est la langue de l’ancien occupant, et non la langue du pays. Les réactions peuvent être aimables ou froides, voire carrément antipathiques selon les situations et les individus rencontrés.

Des langues pour les amoureux de philologie et de linguistique

Le letton et le lituanien ne sont pas des langues « faciles » à apprendre, et elles sont difficiles pour un non natif à maitriser de façon approfondie, notamment en raison de la grammaire et des déclinaisons à apprendre.

Les linguistes et autres étudiants en philologie, attachent une importance particulière à ces deux langues,  aux structures « archaïques », surtout pour la grammaire du lituanien qui serait la langue la plus proche de l’indo-européen.

D’ailleurs, si ces deux langues sont classées dans une sous-branche des langues slaves, cette classification est loin de faire l’unanimité au sein des linguistes.

Apprendre le letton et le lituanien en France

Pour les voyageurs intéressés par l’apprentissage de ces deux langues, en France, l’INALCO propose des cours de langues lettone et lituanienne via le département Europe centrale et orientale dans des cursus universitaire commun « licence et master ».

Généralement, durant ce type de cursus, les étudiants doivent passer une année, voire plusieurs, au sein d’une université lettone ou lituanienne pour parfaire leur connaissance de la langue.

Pour les voyageurs n’ayant pas forcément besoin d’un apprentissage aussi profond, un simple guide linguistique fera amplement l’affaire. Même si la prononciation est difficile, les locaux seront enchantés que l’on fasse l’effort de leur parler dans leur langue, élément central de leur culture, qui a dans l’histoire souffert des différentes occupation.

Enfin, les centres culturels français (Riga et Vilnius) proposent des cours d’initiation aux langues locales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>