Apprendre les langues baltes

Posted by on 8 avril 2012

Même si c’est une lapalissade, parler l’une des langues baltes permet de mieux cerner la culture locale et d’être plus intégré que la plupart des expatriés qui utilise le russe ou l’anglais.
Mais s’initier à l’une des langues baltes hors de ces états est souvent un parcours du combattant tant les méthodes sont extrêmement rares pour ne pas dire inexistantes dans les pays francophones. A moins de se tourner vers des méthodes en anglais, il n’y a que la série de mini guide de poche Assimil, l’estonien, le letton et le lituanien de poche, qui contiennent essentiellement du vocabulaire et des phrases toutes faites, souvent imprononçables quand on n’a aucune notion de la langue en question. Cela peut être utile pour un voyageur, pour se sortir d’une situation pratique comme dans un bureau de poste par exemple ou dans un restaurant, mais c’est complétement ridicule pour commencer un apprentissage sérieux.
Il existe aussi les guides de la série « Parlons », avec Parlons lituanien, Parlons Estonien et Parlons Letton. Des ouvrages fort intéressants mais qui ne sont pas des méthodes de langue à proprement parler.
Pour l’Estonien il est possible de se procurer la méthode de l’INALCO: le Manuel d’estonien, qui comporte un CD et qui permet de s’initier à la langue pour un objectif raisonnable d’un niveau A2.

Pour s’initier à l’une des langues baltes, la solution est de suivre des cours à l’INALCO à Paris en complément de cours de russe par exemple. Il y a souvent un étudiant ou deux pour apprendre l’une des langues baltes, dont beaucoup d’étudiants spécialisés en philologie Baltique. Pour rappel, le letton et le lituanien considérés comme des langues archaïques, sont les langues modernes les plus proches de l’indo-européen, tandis que l’estonien est une langue finno-ougrienne, comme le finnois et le hongrois.

L’alternative choisie par quasiment tous les apprenants est d’étudier directement sur place. En programme Erasmus, si les cours pour étrangers se font en anglais (voire en russe dans certains établissements), des cours sont également proposés aux étudiants étrangers pour s’initier à la langue du pays, avant d’intégrer des cursus en langue locale.

Les centres culturels français proposent également des cours pour initier les francophones aux langues baltes, avec l’avantage d’un apprentissage auprès d’un enseignant natif et francophone. Mais ces leçons ne dépassent généralement pas les 4 heures par semaine, et il ne s’agit que d’une simple initiation. Pour aller plus loin, c’est donc soit l’université, soit les écoles de langues privées sur place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>